Carnet n° 2

L’olympisation à marche forcée. Une propagande d’Etat. Un ordre mondial.

 

couvcarnetQS2Constitué en appareil hégémonique qui distille l’idéologie cynique de la compétition de tous contre tous grâce à ses spectacles planétaires, le Comité international olympique pousse les villes et les états qui veulent organiser les Jeux à restructurer en profondeur le monde vécu des citoyens. Ses exigences en matière d’infrastructures, de lois d’exception, de médiatisation et d’optimisation fiscale favorisent l’expansion de l’univers mercantile dopé par ses partenaires commerciaux, ses opérateurs, ses sponsors et ses fonds d’investissement. Pour avoir les JO, toutes les villes candidates investissent l’argent public dans des opérations de propagande olympique massives. En s’engageant à bâtir les temples et les voies de la religio athletae fondée sur le dogme de la course aux profits par la course au rendement physique, elles aident le CIO à ouvrir les nouvelles frontières des valeurs ajoutées. Ce nouvel ordre olympique mondial ne peut pas ne pas mettre en péril les institutions et les projets démocratiques.

16 x 23 cm, 28 pages, illustré, 2 euros.

Sommaire : 

I- La propagande olympique organisée
1- La guerre du faux : budget maîtrisé et retombées économiques
2- Le culte des champions : les idiots utiles de Paris 2024
3- Le patrimoine historique au service des JO
4- Diplomatie olympique : tous au garde-à-vous !
5- Un système général de fausses représentations
II- L’ordre olympique mondialisé
1- L’exploitation des ouvriers, la chasse aux pauvres, le déplacement des populations
2- Néo-villes démesurées, standardisées et invivables pour les populations modestes
3- Le contrôle militaro-policier des populations et la surveillance des foules
4- La mise au pas des journalistes et la diminution notable des libertés de la presse
5- Maffias, voyous en cols blancs, trafics et prostitution
6- La marchandisation totale et les dégâts écologiques
III- L’emprise olympique de plus en plus contestée